Notre permanence à Limoges

J’ai installé ma permanence parlementaire à Limoges, 33 bis cours Bugeaud. Après encore quelques travaux et la finalisation de l’installation téléphonique et informatique, elle est à présent ouverte sur rendez-vous. En complément, des permanences seront organisées mensuellement sur tout le territoire de la troisième circonscription.

J’ai recruté, à ce jour, deux collaborateurs parlementaires sur Limoges :

  • Mickaël BOUET.
  • Stéphane DUPIC.

Tous deux sont d’ores et déjà installés dans la permanence parlementaire, et sont à votre disposition pour répondre à vos sollicitations, vos questions, vos remarques.

Notre installation va nous permettre de mettre en place rapidement des outils d’information pour relayer nos actions sur le terrain mais aussi plus globalement la politique menée à l’échelle nationale.

Notre présence sur le terrain et notre faculté à relayer et expliquer l’action du gouvernement sont essentielles pour la réussite de ce quinquennat, et pour la préparation des prochaines échéances électorales.

Partagez

2 réflexions au sujet de “Notre permanence à Limoges”

  1. Bonjour,
    J’apprends par la radio que il serait dans les tuyaux de soumettre les pensions de reversions à des plafonds d’impositions et donc de spolier une partie des retraités veufs de pensions acquises par leur conjoint pendant toute leur vie de travail!!!…
    Malgré mon vote pour le président actuel, soutenant une bonne partie des reformes qu’il veut faire et que d’autres auraient du enclencher bien avant, je suis scandaliser de voir qu’un tel changement de régle interviendrait » au milieu du jeu » mettant le niveau de vie de beaucoup de personne en péril.
    Tout ceux qui seront impactés par cette mesure sont des personnes qui ont préparé leur retraite en comptant sur ces pensions, ont fait ou programmer des investissements, parfois lourd, pour améliorer leur habitat et aller vers une baisse de consommation de « pétrole » : les retraités sont ils la cible privilégiées de ce président ?après le gel des retraites, la hausse de la CSG pourquoi ne pas mettre un impôt  » vieu » sous prétexte que nous avons eu la chance de travailler,d’économiser, de prévoir nos vieux jours!!?
    Pascal COLOMBIER

    • Monsieur,
      Vos inquiétudes proviennent de pistes de réflexion, tirées du rapport de M. Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, sur la prochaine réforme des retraites qu’il a présentées il y a quelques semaines.
      Mme Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, ainsi que M. Delevoye ont réaffirmé qu’il n’était absolument pas question de supprimer les pensions de réversion. Elles sont et resteront un outil très puissant pour lutter contre la pauvreté, en particulier des veufs. Le gouvernement ne cherche pas à supprimer ou à faire des économies sur les pensions de réversion.
      La future réforme ne touchera pas les personnes qui perçoivent aujourd’hui une pension de réversion ou en percevraient une avant l’entrée en vigueur des nouvelles règles. Le principe de sécurité juridique et celui de la protection des espérances légitimes sont ainsi respectés.
      Aujourd’hui 13 règles différentes existent pour les pensions de réversion. Il nous faut une règle juste et commune. Le gouvernement y travaille avec les partenaires sociaux.
      L’objectif du haut-commissaire est d’examiner les options les mieux à même de garantir le niveau de vie des veufs et des veuves.
      La concertation avec les partenaires sociaux est en cours, le sujet des pensions de réversion ne sera abordé qu’en février ou mars pour une présentation du projet de loi au 1er semestre 2019.
      Il y aura ensuite les discussions parlementaires au cours desquelles ce sujet sera bien évidemment débattu par les députés et sénateurs.
      En espérant avoir répondu à vos inquiétudes,
      Cordialement,

Laisser un commentaire